Au Togo, les efforts sont déployés dans lutte contre les problèmes de santé publique à l’instar du Choléra. Pour garantir la santé aux populations, le gouvernement a mis en œuvre des actions efficaces, barrant ainsi la route à la pathologie et en renforçant la résilience des communautés face à toute menace.

En 2013, la ville de Sokodé située à 350 Km au Nord du pays, fut l’épicentre de trois flambées de choléra. Le ‘’Projet des toilettes pour tous’’ par la valorisation des boues de vidange et le microcrédit, a été exécuté jusqu’en 2018. Il a permis la construction de 788 latrines au bénéfice des populations de sept quartiers de la ville et des communes voisines que sont Tchamba, Sotouba, Bassar, Bafilo et Blitta. Depuis lors, le choléra ne s’est plus abattu sur Sokodé. 

Les derniers cas de choléra détectés remontent à novembre 2021 et récemment à décembre 2023. Le premier était dans la région maritime, précisément dans la commune des Lacs 2, avec des dispositions idoines qui ont rapidement été prises.

Le cas de choléra détecté il y a quelques jours est dans le district sanitaire du Golfe (Grand Lomé). La victime est une femme de 45 ans résidant à Anfamé. Le ministère de la santé a immédiatement prise en charge.

Dans la foulée, il y a eu le renforcement de l’alerte précoce et du contrôle, l’annonce de la prise en charge gratuite de tous les cas, le début de la sensibilisation des populations.
Le choléra est une maladie diarrhéique grave qui se transmet par voie oro-fécale qui fait référence à la transmission ou à la contamination de maladies par la voie orale, souvent liée à l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par des matières fécales.


Le choléra, qui est très fréquent en période de pluies, se manifeste par une diarrhée aigüe liquide et abondante, accompagnée ou non de vomissements ou de douleurs abdominales.


Les autorités invitent toute personne développant des symptômes à se rendre le plus vite possible dans le centre de santé le plus proche pour une prise en charge adéquate.


Pour l’éviter, il est conseillé de se laver proprement et régulièrement les mains à l’eau propre et au savon, de bien protéger les aliments, de laver correctement les fruits et légumes avant de les consommer, de désinfecter les eaux de pluie ou de citerne, de rivière, marais et étangs, d’habiter dans un endroit propre…
La vaccination permet de prévenir le choléra. Le vaccin anti-choléra est intégré aux stratégies nationales de santé, avec des campagnes ciblées organisées qui visent à immuniser les populations dans des zones à risque, renforçant ainsi la protection collective contre la maladie.


Sur le territoire, la surveillance épidémiologique se révèle aussi comme une composante essentielle de la riposte, favorisant une détection précoce des foyers épidémiques potentiels et facilitant une réaction rapide des autorités sanitaires.

MERV.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici