Les opérations d’enregistrement biométrique des populations, prévues dans le cadre de la mise en œuvre du projet de numéro d’identification unique, seront lancées au dernier trimestre de l’année 2023. L’annonce a été faite mercredi 30 août à Lomé, par l’Agence nationale d’identification (ANID), à la faveur d’une consultation publique avec les médias.

Concrètement, cette campagne de masse s’étalera sur sept mois, à raison d’un mois par région administrative, et de deux pour le Grand Lomé, région la plus peuplée du pays. L’objectif est d’enregistrer au moins 95% de la population, chacun avec ses marqueurs biométriques (noms, prénoms, photos, empreintes digitales et d’iris), et de doter chaque résident, togolais comme étranger, d’un numéro-code à 12 chiffres et inintelligible.

En prélude des enregistrements de masse, une phase pilote sera bientôt lancée dans certaines localités du territoire, afin de tester la plateforme d’identification, communiquer, sensibiliser et mobiliser les différentes couches sociales du pays.

Pour rappel, la conception du système national d’identité électronique a été confiée à deux spécialistes mondiaux du sujet, Atos et Idemia.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici