Fortement menacées depuis quelques années du fait de plusieurs facteurs (surexploitation des ressources naturelles, déforestation, agriculture et installation de hameaux d’habitation), les aires protégées togolaises vont faire l’objet d’un meilleur contrôle. Le ministère de l’environnement envisage de se doter d’équipements adéquats dans ce sens.

Cinq drones et une cinquantaine de caméras trap vont être ainsi acquises, et affectées à la surveillance des aires d’Amou Mono, Abdoulaye, OKM, ALedjo ou encore Togodo dans un premier temps. L’objectif est de parvenir à sécuriser les quelque 793 288 hectares restants, selon la dernière évaluation effectuée en 2020.

A ce jour, le pays compte 83 sites d’aires protégées, couvrant environ 14% de la superficie terrestre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici