Le gouvernement togolais va injecter beaucoup plus de ressources financières dans les projets sociaux en 2024. A l’unanimité des députés, le budget de l’Etat exercice 2024, a été voté le 22 décembre 2023. Il s’équilibre en ressources et en charges à 2.179.125.009.000 FCFA. Soit, une augmentation de 10,3 % par rapport à l’année 2023.


En 2024, un montant de 669,2 milliards de francs CFA sera consacré aux secteurs sociaux, soit 48% des crédits budgétaires alloués aux ministères et institutions. Les fonds sont destinés à la promotion de l’inclusion et au développement du capital humain. 30,1 % des ressources seront affectées à la transformation économique, tandis qu’une part de 21,9% sera allouée au renforcement de l’État.


Les projets et programmes du gouvernement prendront en compte les domaines de la santé, d’éducation, d’inclusion sociale et financière, à travers notamment : La protection sociale plus accrue ; La couverture maladie universelle qui sera opérationnelle dès janvier 2024; la couverture santé universelle à travers : la réhabilitation des deux CHU à savoir le CHU Campus et le CHU Kara, l’équipement des structures de santé existantes ainsi que la construction de nouveaux centres de santé et des unités de soins périphériques sur toute l’étendue du territoire ;La construction de nouvelles universités dans chaque région dont la première phase qui démarre en 2024 concerne l’université de Kara et  l’université de Datcha ;en outre, l’accès à l’énergie et à l’électricité pour tous à un prix abordable.
Le budget prend également en compte les besoins liés à l’organisation apaisée des élections législatives et régionales en 2024. Un montant de 304,5 milliards soit 21,9% des crédits budgétaires est consacré pour soutenir ces activités. Il est attendu sur le plan national un taux de croissance réel de 6,6% en 2024 contre 6,4% en 2023.
Le récent accord avec le Fonds Monétaire International (FMI), constitue bien évidemment une bouffée d’oxygène pour le budget et contribuera à la résorption de certaines difficultés. En rappel, l’accord couvre la période 2024-2027.


Il faut souligner que la réalisation des projets prioritaires, des réformes seront faites et visent entre autres la mobilisation optimale des ressources nationales, la priorisation des mesures fiscales à caractère social, la simplification des procédures fiscales, la digitalisation et les paiements en ligne au niveau du Trésor public et de l’OTR, la reformulation et le réajustement de certaines dispositions fiscales.


A l’adoption de la loi de finances, le ministre de l’économie et des finances, Sani Yaya a remercié les partenaires au développement qui soutiennent le Gouvernement pour la mise en œuvre des différentes réformes et l’amélioration des conditions de vie de ces populations à travers leurs financements et appuis multiformes.

MERV.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici