Le leader du BTP en Afrique voit son image mise à mal à travers différents supports d’information depuis un moment. Plusieurs méthodes allant des accusations gratuites à la diffamation de son PDG Mahammadou Boukoungou. 

L’homme qui porte le Groupe qui s’est diversifié dans plusieurs secteurs comme l’aviation, les banques et assurances sans oublier les BTP autrefois chasses gardées de certains hommes d affaires véreux est la cible d’attaques. Le but de ces manœuvres ; soustraire le fils du continent d’un secteur prometteur, « l’aviation d’affaire ». En effet depuis quelques années l’entrepreneur africain développe la flotte de sa compagnie Liza Internationale qui se positionne comme une compagnie ouest-africaine spécialisée dans le transport aérien d’affaire. Les hommes d’affaire, les grandes insititutions et certains acteurs politiques africains consomment de plus en plus locale et donc changent de compagnie de transport au profit de la compagnie aérienne de leur frère africain. Un fait qui fait grincer les dents des individus tapis dans l’ombre qui se faisaient de l’argent en surfacturant ces services de transport. 
Ils sont moins de 5 entreprises africaines ayant une assise solide dans le transport de VIP. Nous sommes en plein milieu de la redéfinition d’un nouvel ordre commerciale et les entreprises africaines doivent être soutenues face aux grands mastodontes qui sont ancrés pour le développement de notre continent. 
Le Président Ouattara n’est pas le seul a loué les avions de la compagnie Liza transport International. La Guinée Bissau,  le Sénégal, la Sierra léone, le Tchad, le Mali, le Niger…. également louent ces appareils. A la question de savoir si le groupe Ebomaf a des marchés de Btp dans ces pays? la réponse est un Non.  Si l’entreprise considère tous les pays africains et leurs entreprises comme des partenaires économique. La réponse est un « Oui » enthousiaste.
Alors mieux vaut aider l’Afrique à se prendre en charge avec moins de charges et éviter la politique de la main tendue. À ceux là qui tirent l’Afrique vers le bas sachez que « Tant que l’on n’arrive pas à bout de l’incendie dans la forêt, les grillons ne cesseront jamais de crier au secours »

( de Bruno Lamer ).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici