La pandémie de coronavirus a montré les limites de la préparation numérique du Burkina Faso. Le gouvernement s’engage à y remédier. L’amélioration de la connectivité devient une priorité.

Le gouvernement du Burkina Faso a décidé d’accentuer son investissement dans la fibre optique en 2021. Christophe Dabiré , le Premier ministre, l’a fait savoir lors de sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale le jeudi 4 février. L’objectif est de faire de l’infrastructure télécoms à haut débit un moteur du développement national.

« Les technologies de l’information et de la communication sont aujourd’hui au cœur de la croissance des économies. En vue d’accélérer la transformation digitale, le gouvernement poursuivra la construction du réseau national de la fibre optique dans le cadre du projet Backbone national des télécommunications. Il va accélérer la mise en exploitation de la fibre déjà posée et le développement des services de communications électroniques de qualité pour l’Etat, le secteur privé et les populations », a-t-il affirmé.

L’investissement que veut accentuer le gouvernement dans la fibre optique découle des faiblesses dans la préparation du pays au numérique, révélées pendant la crise du coronavirus. Les restrictions de mouvement imposées par le gouvernement ont entravé la continuité d’un certain nombre d’activités, notamment les services publics, l’éducation, les activités économiques. Une situation qui a été mieux gérée dans les pays développés grâce à une connectivité à haut débit accessible par la majorité de la population et les services publics.

A travers l’extension du réseau national de fibre optique et la mise en exploitation de l’infrastructure télécoms déjà déployée, le gouvernement veut renforcer le développement de plusieurs piliers indispensables à l’avènement de l’économie numérique, notamment une connectivité de qualité, mais abordable, l’innovation technologique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici